... Cliquez pour accéder à mon bilan de mandat 2011 /2017 ...

 

 

Lire ma dernière lettre d'information ...

 

 

Au Sénat : moralisation de la vie politique, la loi  définitivement adoptée ...

 

  Le Perche va rouler électrique ; inaugurations à Marmouillé ; Saint Sulpice sur Risle et Bretoncelles ; comices agricole à Couvains et Pouvrai ...

 

 

 

 

Nicolas Hulot auditionné par ma commission

TwitterFacebook

Premier membre du Gouvernement a être auditionné par la Commission des affaires économiques du Sénat, le Ministre d'Etat en charge de la transition écologique et solidaire nous a d’abord exposé sa méthode : « la transition écologique et solidaire ne se fera pas dans la brutalité » ni dans la confrontation. Il a évoqué également sa stratégie, qu'il veut pragmatique, concertée et transparente afin qu'elle garantisse la prévisibilité, l’irréversibilité et la cohérence de l’action publique. Au fil des questions que nous lui avons posées, nous avons évoqué de nombreux dossiers relevant de ses attributions, à commencer par les questions énergétiques. Dans un souci de vérité, il a reconnu que l’objectif de réduire la part du nucléaire à 50 % du mix électrique à l’horizon 2025, qui reviendrait à « fermer 25 réacteurs », sera « difficile » à atteindre, tout en notant que la première programmation pluriannuelle de l’énergie ne disait rien ou presque sur le sujet. Il a pris acte de la fin très probable des tarifs réglementés de l’électricité et de gaz, considérant que la France « devra s’y plier » et que la transition, qui pourrait être « lissée dans le temps », devra se faire « le moins douloureusement possible ». Le Ministre a aussi reconnu que les 4 milliards d’euros annoncés pour faire disparaître les passoires thermiques en dix ans n’y suffiront pas et qu’il faudra mobiliser d’autres moyens. En matière d’ouverture à la concurrence des concessions hydroélectriques, le risque de « contentieux lourds » impose désormais de prendre des décisions « en essayant de protéger nos droits et notamment ceux de notre grande entreprise ». S’agissant des transports enfin, Nicolas Hulot a considéré qu’il faudrait sans doute réintroduire « quelques signaux » de fiscalité environnementale dans le transport routier et qu’au-delà du véhicule électrique, les voitures hybrides ou thermiques consommant 2 litres aux 100 kms, voire ceux fonctionnant à l’hydrogène sur lesquels sa conviction n’est pas faite, devront participer à la transition. De nombreux autres sujets ont également été évoqués. - lire le compte rendu - voir la vidéo